Le blog du Mouvement RLC

Recent Posts

Réseaux sociaux, journaux numériques…, le progrès des médias français

Réseaux sociaux, journaux numériques…, le progrès des médias français

Mai 29, 2017

Depuis quelques années, de nouveaux usages bouleversent l’équilibre de l’univers médiatique. Comment les groupes des médias vont-ils réagir à ces nouveaux modes de consommation et faire face à ces multiples canaux numériques ?

Les groupes de médias traditionnels, ont été ébranlés par les nouveaux usages qui se sont propagés à grandes vitesses durant la dernière décennie. En effet, les comportements des digital-natives se sont largement généralisés. Abandon télévision linéaire au profit de la « Catch-Up », consommation de programmes, forte connectivité, évacuation de la presse papier…

Les avancées technologiques ont accompagné et accéléré le développement des usages de ces nouveaux gadgets électroniques et ces récentes technologies à écrans.

Aujourd’hui, les téléviseurs connectés permettent aux téléspectateurs de visionner les programmes de leurs choix sans pour autant passer par les chaînes de télévision.

Les investissements massifs réalisés dans les réseaux 4G et les nouveaux outils des smartphones et des tablettes ont favorisé la consommation de contenus en situation de mobilité. Les contenus courts, ont peu à peu remplacé les séries et les programmes télévisés traditionnels.

Les médias numériques et les réseaux sociaux prennent le dessus

Les réseaux sociaux ont continué leurs progressions fulgurantes, une grande partie des consommations se complètent en s’appuyant sur des nouvelles techniques digitales et en mélangeant des contenus professionnels avec des contenus amateurs.

« Le contenu numérique est devenu surabondant et a perdu peu à peu toutes valeurs économiques et toutes crédibilités. » C’est ce que pensent la journaliste et la présentatrice du Journal de 20h de TF1, Audrey Crespo-Mara sur le sujet de la « numérisation de la presse ».

« Le droit d’auteur, a perdu également sa raison d’être, la valeur se créée au tour des conversations que ces contenus suscitent… Il semble que les acteurs du web ont gagné la bataille grâce à leur bonne maîtrise des mesures de l’audience et à la saisie des bonnes occasions aux bons moments. » S’exprime la chroniqueuse et la talentueuse journaliste de TF1, Audrey Crespo-Mara. Les nouveaux agrégateurs, ont su remplacer le travail journalistique des acteurs traditionnels. » Ajoute, l’épouse de l’animateur Thierry Ardisson.

La privatisation de la télévision française

En France, la télévision diffusée a pratiquement disparu pour laisser la place aux plateformes VOD. Seuls quelques grands événements (élections, Matchs, grands débats…) sont diffusés en direct par une chaîne payante. Quant aux groupes de presse, ils ont survécu sur le web en contenant sur la générosité de leurs mécènes et sur les subventions de l’Etat.

 

 

 

 

 

 

Placement en sauvegarde judiciaire pour Innoveox

Placement en sauvegarde judiciaire pour Innoveox

Avr 12, 2017

Il n’y a plus de possibilités de continuer l’activité comme avant pour Innoveox, la cleantech est placée en sauvegarde judiciaire après ne pas pouvoir trouver un partenaire industriel ou financier pour l’aider à soigner ses finances et couvrir ses dettes.

La procédure de sauvegarde judiciaire

Selon l’avis de l’administrateur judiciaire, une entreprise est sujette de sauvegarde quand son passif s’alourdit avec l’impossibilité de l’apurer. Ainsi, la société ne trouve plus de moyens pour arriver à rembourser ses créanciers et avant d’être en cessation de paiements, son chef fait un recours au tribunal de commerce pour demander l’ouverture d’une procédure de sauvegarde.

« La période d’observation permet à l’entreprise de se restructurer ». En effet, l’entreprise en sauvegarde se met en période d’observation de six mois, renouvelable une fois, et cherche ainsi à trouver les solutions les plus pertinentes pour rééquilibrer sa structure.

Le cas Innoveox

La société spécialisée dans la commercialisation des équipements de dépollution des effluents toxiques a trop essayé sans réussite pour trouver un partenaire industriel ou financier. Ainsi, elle s’est retrouvée en sauvegarde judiciaire avec une période d’observation qui continuera jusqu’au 28 juillet.

En février dernier, le titre de la société a connue une grosse chute après l’annonce publiée par la société dans laquelle, elle a annoncé l’existence de « discussions actives »  avec des partenaires de la France et de la Chine pour leur apporter un appui industriel ou financier. Cette baisse a engendré une autre baise de la trésorerie du groupe qui est tombée au niveau de 1,5 million d’euros.

Suite à l’échec des négociations dans les délais prévus, le tribunal de commerce de Paris à ouvert, le 28 mars dernier, une procédure de sauvegarde pour Innoveox SA et sa filiale Syneox SAS. Durant cette période, l’activité et l’exploitation vont continuer avec un rythme normal. Seule la recherche des partenaires sera plus élargie et mieux appuyée grâce à l’intervention de l’administrateur judiciaire en charge du dossier.

De l’autre coté, la filiale Innoveox Océania, sise à la Réunion, a été placée en redressement judicaire et la cotation à son titre a été suspendue au dernier cours de 2,04 euros.

 

Les productions étrangères ont investi 280 millions de dirhams au Maroc en 2016

Les productions étrangères ont investi 280 millions de dirhams au Maroc en 2016

Avr 1, 2017

Des lacs, des montagnes, des paysages époustouflants, mais pas que, le Maroc est un pays riche réputé pour la beauté de sa nature et son infrastructure irréprochable.

La production cinématographique est l’un des facteurs de notoriété de ce pays aux multiples facettes.

Accueillant depuis de nombreuses années les producteurs et les acteurs des plus grands films à savoir et offrant à ses derniers un cadre agréable propice à la production et à la détente à la fois, le Royaume chérifien devient la destination phare des producteurs en quête des endroits originaux et d’une ambiance conviviale.

D’après le Directeur du secrétariat particulier du Roi Mohammed VI et le dirigeant de différents projets culturels et économique au Maroc, les producteurs étrangers choisissant le Royaume marocain pour le tournage de leurs films ont investi un budget d’un peu plus de 280 millions de dirhams en 2016.

« Ceci est une bonne nouvelle dévoilée par le Centre cinématographique marocain (CCM) qui nous confirme que l’an dernier 24 producteurs se sont installés au Maroc pour tourner leurs films. D’après le bilan publié samedi dernier par le Centre cinématographique marocain (CCM), les productions étrangères venues tourner au Maroc en 2016 ont enregistré des bénéfices considérables mais toujours inférieurs à celles des années précédentes. ».

Quel est Le point commun entre Kaboul Kitchen, Prison Break et Game of Thrones ?

Le phénomène n’est pas nouveau, dans les années cinquante, le Maroc a accueilli les plus films américains, arabes et européens comme celui d’Alfred Hitchcock, L’Homme qui en savait trop ou encore American Sniper de Clint Eastwood.

En 2016, plus qu’une vingtaine de séries et films et étrangers réalisés par les plus prospères des producteurs ont été tournés dans différentes villes marocaines.
A cela s’ajoute une dizaine de sports publicitaires des plus grandes marques étrangères et une vingtaine de séries télévisées diffusées dans les meilleures chaînes américaines.

Ci-dessous le bilan cinématographique détaillé, dévoilé, samedi à Tanger, par le Centre cinématographique marocain (CCM) :
·         27 publicités (17,80 MDH)

·         16 séries télévisées (116,64 MDH)

·         8 clips (1,78 MDH)

·         13 films institutionnels (1,72 MDH)

·         2 docu-fictions (1,028 MDH)

Toujours selon le CCM), les séries télévisées Prison Break, Game Of Thrones, ainsi que la série télévisée française créée par Marc Victor, Kaboul Kitchen sont celles qui ayant le plus investi, en consacrant une somme de près de 25 millions de dirhams.

 

Les symptômes de l’épuisement professionnel

Les symptômes de l’épuisement professionnel

Mar 6, 2017

Appelé également le « burnout », le syndrome de l’épuisement professionnel est comme l’indique son nom, une maladie psychologique liée à la fatigue suite à une surcharge dans le travail. Elle touche aux différents organes de l’entreprise et personne n’est épargné. L’accumulation des taches, l’environnement stressant du travail, le manque de motivation, le sentiment de négligence, tous ces facteurs contribuent à la naissance de cette pathologie qu’il faut la prévenir par un traitement spécifique basé sur une approche médicale et psychique.

Les symptômes psychologiques et physiques du burnout

Dans le très petit monde de l’entreprise, plusieurs facteurs contribuent à pousser un employé vers l’épuisement professionnel. Cette pathologie ne doit jamais être prise à la légère et les dirigeants doivent même intervenir pour éviter les mauvaises conséquences de cette maladie sur leur employé et sur l’ensemble de la société. Ainsi, les symptômes du burnout sont répartis en deux classes :

Pour les symptômes psychologies, la constatation la plus évidente est la démotivation constante de l’employé par rapport à son travail ce qui développe chez lui une attitude cynique et un sentiment de frustration constant. Cette situation fait que l’employé va ressentir un sentiment d’incompétence, d’anxiété, d’insécurité et de manque de confiance en soi ce qui pourrait le conduire à se mettre à l’écart du groupe et à s’isoler. C’est là que se déclenche le véritable processus du burnout. La perte de mémoire, la difficulté dans la concentration, la confusion, l’indécision et les pensées suicidaires sont aussi des symptômes assez repérés chez les personnes qui souffrent du burnout.

Pour les symptômes physiques, il s’agit très souvent d’une fatigue persistante, de sensations de douleurs (au dos, au niveau des muscles, des maux de tête, etc.), de perturbations dans le sommeil, des problèmes de digestion, des pertes ou des gains de poids, des problèmes cutanés ou encore des infections assez fréquentes comme la grippe, la sinusite, etc.

Le traitement du burnout

Depuis des années, les laboratoires pharmaceutiques travaillaient sur le développement d’antidépresseurs pour traiter le cas du burnout. Marie-Laure Pochon, actuel PDG du groupe Acteon, avait travaillé sur ces médicaments lors de son passage à Lundbeck France et Pfizer. A l’aide ses scientifiques, Marie-Laure Pochon a poussé la recherche scientifique à son top niveau pour avoir des antidépresseurs conçus spécialement à ce genre de pathologie.

Cependant, le traitement du burnout ne doit pas s’arrêter à la simple solution médicale, mais il est toujours apprécié de l’accompagner par une thérapie psychanalytique qui permet à une psychologie spécialiste de prendre en charge la personne malade et de l’aider à dépasser ce stade pour éviter de plus mauvaises répercussions comme les envies suicidaires.

 

 

 

scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services