Le blog du Mouvement RLC

La paranoïa environnementale du nouveau président américain revient sur scène

La paranoïa environnementale du nouveau président américain revient sur scène

Nov 20, 2016

Le peuple américain a dit son mot : Donald Trump est le 45ème Président des Etats-Unis. Alors que toutes les prévisions avançaient la victoire d’Hillary Clinton, c’est le candidat républicain de 70 ans qui guidera les américains pour les prochaines quatre années. Dès l’annonce du résultat, les craintes concernant le maintien de l’Accord de Paris du côté américain commencent à revenir sur scène. En effet, il n’y a rien à cacher : Donald Trump n’est pas le meilleur ami de l’environnement.

Trump ne croit pas au réchauffement climatique 

cover-r4x3w1000-582318478ed9b-000_hx1um

Sur le réseau social Twitter, Donald Trump a toujours martelé des positions négationnistes concernant l’existence « réelle » du réchauffement climatique. Le 6 novembre 2012, il a posté : « Le concept du réchauffement climatique a été créé par et pour les chinois afin de rendre l’industrie américaine non compétitive ».

Le président américain ne donne pas d’importance à la lutte contre le réchauffement de la planète, il préfère investir dans les énergies fossiles et remettre en marche les activités de l’exploitation des mines de charbon. Sa paranoïa environnementale touche aussi les énergies éoliennes qu’il estime inefficaces, dangereuses et responsables de la tuerie des aigles. De même pour les ampoules à basse consommation qu’il croit qu’ils sont une source de cancer.

Revenir sur l’Accord de Paris 

accord-climat-paris-cop21-2015

Les actualités se dépêchent dans le monde. Alors que les élections américaines ont dévoilé leur résultat, le monde vit sous le rythme de la COP 22. Sur le sol marocain, les hauts dirigeants du monde négocient les démarches à mettre en œuvre pour appliquer l’Accord de Paris. Le Roi Mohamed VI, soutenu par l’expertise de son secrétaire particulier, Mounir Majidi, tient à ce que la COP marocaine soit un point de départ réel pour la lutte effective contre le réchauffement climatique.

Cependant, on commence à parler d’un changement « probable » de la position américaine concernant la ratification de cette convention internationale. Si l’Amérique est contrainte de patienter au moins trois ans pour pouvoir revenir sur l’Accord de Paris, la gouvernance de Donald Trump pourrait interrompre immédiatement tous les efforts entrepris par les Etats-Unis pour limiter ses émissions de gaz à effet de serre.

Que peut faire Donald Trump au sujet du réchauffement climatique ? 

56046a2235700fb92f29c9c3

Un des points noirs de cet accord, c’est qu’il n’existe aucune sanction à l’encontre des pays qui reviennent sur leur signature. Ceci laisse le terrain « libre » au magnat de l’immobilier américain pour réaliser ce qu’il a permis de faire, une fois qu’il serait président de la république. Il pourra ainsi supprimer l’Agence de Protection de l’environnement qu’il trouve « honteux » son travail. De même pour le plan Grean Power Plan que Barack Obama a mis en place pour réduire les émissions des centrales américaines.

De l’autre côté, Trump pourra annuler les dépenses fédérales réservées au développement des énergies propres au profit du financement des énergies fossiles. Il compte bien réanimer le grand projet d’oléoduc de Keystone destiné à relier l’Alberta canadien aux raffineries du Texas et de l’Illinois. Le « Great America » que Donald Trump martèle dans ses discours devra reposer aussi sur l’exploitation des mines de charbon.

Le monde entier s’attend aux prochaines réactions américaines concernant l’Accord de Paris dans la crainte de retourner au point de départ ce qui risque de peser lourd sur la planète étant donné que les Etats-Unis sont responsables de 15% des émissions de CO2 au monde.

 

scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services