Le blog du Mouvement RLC

Recent Posts

Too Good To Go, l’application qui lutte contre le gaspillage alimentaire

Too Good To Go, l’application qui lutte contre le gaspillage alimentaire

Jan 27, 2017

Une application innovatrice a été lancée en juin 2016 par une jeune ingénieure passionnée par l’entrepreneuriat et les solutions dédiées aux problèmes de la société.

Depuis quelques mois, Lucie Basch, a donné le jour à une application mobile luttant contre le gaspillage alimentaire.

Innovatrice et une première dans le monde de la restauration, cette application hors-pair a gagné le prix de la meilleure idée lors du concours lancé par Carrefour « AntiGaspi ».

‎Lucie Basch, une jeune ingénieure centralienne douée par l’univers de l’entrepreneuriat et par les idées protectrices de l’environnement. Dans le but de conserver au mieux l’économie et l’environnement, Lucie Basch a lancé son application innovatrice nommée Too Good To Go France au mois de juin 2016.

TGTG, un geste noble pour la planète

TGTG, est une initiative audacieuse qui sert à lutter contre le gaspillage alimentaire et qui suggère une alternative simple et surtout gratuite permettant aux commerçants de ne plus jeter leurs produits frais et aux consommateurs d’acheter à petits prix leur nourriture.

Regroupant un bon nombre de consommateurs et de restaurateurs en France, cette application mobile vend à peu près 20.000 de repas par jour.

En collaboration avec Elior Group, le groupe de restauration collective présidée par l’ex directeu24r de cabinet du ministre des PME, du Commerce et de l’Artisanat, Cyril Capliez l’application « trop bon pour être jeté » compte déjà des millions d’inscrits.

Référent pour ses politiques environnementales et des initiatives luttant pour la protection du bien-être de l’humanité, la société de restauration dirigée par Cyril Capliez, est un souteneur actif de l’application TGTG.

Too Good To Go propose un concept bénéfique grâce auquel les commerçants pourront commercialiser leurs invendus et les consommateurs auront la possibilité d’avoir des repas à prix réduits.

Une initiative bénéfique et rentable

TGTG est avant tout un geste charitable pour la planète, qui permet de nourrir les consommateurs avec un coût bien étudié et d’éliminer à la fois les déchets alimentaires.

Présente sur plusieurs pays, TGTG regroupe déjà près de 900 restaurateurs et 4 millions d’utilisateurs de tout âge et goût.

Très attentive à la protection de l’environnement et aux services de société, j’avais envie d’inventer une application sensibilisant le grand public afin de limiter le gaspillage alimentaire et de permettre aux consommateurs d’avoir un repas complet à un prix bien étudié. »  Affirme Lucie Basch, la créatrice de l’application.

« J’invite tous les consommateurs, les commerçants et toute personne sensible à ce sujet d’adhérer à cette initiative et de contribuer à la protection de notre environnement. » Ajoute Lucie Basch.

Jean-Louis Bruguière est insatisfait de l’approche politique générale, contre le terrorisme

Jean-Louis Bruguière est insatisfait de l’approche politique générale, contre le terrorisme

Jan 5, 2017

Le terrorisme est un véritable problème, et tous les pays sont appelés à présenter une stratégie efficace pour lutter contre ce phénomène. Six mois, nous séparent des élections présidentielles et le juge antiterroriste, Jean-Louis Bruguière a exprimé ses inquiétudes, sur les plateaux de LCI, par rapport aux traitement politique du terrorisme.

« Une véritable position stratégique »

L’ancien juge, qui a présenté son soutien à l’ancien président de la république Nicols Sarkozy, Jean-Louis Bruguière a exprimé sa déception, à l’égard des propositions présentées par les candidats de la droite, pour lutter contre le terrorisme. Lors de son passage dans « l’invité politique », la quotidienne matinale présentée par Audrey Crespo-Mara, l’ex juge a déclaré qu’il manque « une véritable position stratégique », pour approcher un sujet aussi critique que le terrorisme. « J’attends de voir des propositions cohérentes, concrètes sur le terrorisme » explique-t-il à Audrey Crespo-Mara.

L’ancien magistrat spécialisé dans l’anti-terrorisme, a indiqué que « la lutte contre le terrorisme, c’est un ensemble de dispositifs judiciaires. (…) Un ensemble cohérent, avec des stratégies, qui peut permettre d’être efficace. Il faut des hommes de qualité, des hommes compétents, c’est incontestable ! ». L’expert sur le sujet du terrorisme, Jean-Louis Bruguière, indique également que la réflexion politique sur cette affaire critique, manque « de profondeur historique ».

En France, l’approche appliquée reste dans « l’immédiateté », sans revenir vers « ce qui a été conceptualisés dans les années 1980 ».  Il trouve également qu’il y’a « un décalage entre la perception de la menace et la réalité », comme ce fut le cas pour les Etats-Unis, avant les attaques terroristes du 11 septembre. L’ex-juge anti-terrorisme, Jean-Louis Bruguière, précise que c’est le recueil des renseignements sur terrain, « à un stage très précoce » et la remontée et l’analyse du renseignement, qui permettront de renforcer la stratégie anti-terrorisme.

« Je reste sur ma faim et j’attends une réflexion stratégique cohérente » a déclaré le juge, par rapport, aux stratégies proposées par les candidats, à la Primaire de droite.

 

Ses inquiétudes par rapport à l’approche de Donald Trump 

La journaliste de 49 ans, Audrey Crespo-Mara, a invité le juge à donner son avis, sur la stratégie anti-terroriste, présenté par Donald Trump, le nouveau président américain. Lors de sa campagne électorale, Donald trump, a proposé des approches radicales pour traiter la menace du terrorisme. Il a expliqué que c’est en contrôlant l’immigration, que son pays pourra se protéger contre ce risque. Selon Jean-Louis Bruguière, « Tout cela est de la posture et c’est inquiétant. J’attends de voir. ».

 

 

 

La paranoïa environnementale du nouveau président américain revient sur scène

La paranoïa environnementale du nouveau président américain revient sur scène

Nov 20, 2016

Le peuple américain a dit son mot : Donald Trump est le 45ème Président des Etats-Unis. Alors que toutes les prévisions avançaient la victoire d’Hillary Clinton, c’est le candidat républicain de 70 ans qui guidera les américains pour les prochaines quatre années. Dès l’annonce du résultat, les craintes concernant le maintien de l’Accord de Paris du côté américain commencent à revenir sur scène. En effet, il n’y a rien à cacher : Donald Trump n’est pas le meilleur ami de l’environnement.

Trump ne croit pas au réchauffement climatique 

cover-r4x3w1000-582318478ed9b-000_hx1um

Sur le réseau social Twitter, Donald Trump a toujours martelé des positions négationnistes concernant l’existence « réelle » du réchauffement climatique. Le 6 novembre 2012, il a posté : « Le concept du réchauffement climatique a été créé par et pour les chinois afin de rendre l’industrie américaine non compétitive ».

Le président américain ne donne pas d’importance à la lutte contre le réchauffement de la planète, il préfère investir dans les énergies fossiles et remettre en marche les activités de l’exploitation des mines de charbon. Sa paranoïa environnementale touche aussi les énergies éoliennes qu’il estime inefficaces, dangereuses et responsables de la tuerie des aigles. De même pour les ampoules à basse consommation qu’il croit qu’ils sont une source de cancer.

Revenir sur l’Accord de Paris 

accord-climat-paris-cop21-2015

Les actualités se dépêchent dans le monde. Alors que les élections américaines ont dévoilé leur résultat, le monde vit sous le rythme de la COP 22. Sur le sol marocain, les hauts dirigeants du monde négocient les démarches à mettre en œuvre pour appliquer l’Accord de Paris. Le Roi Mohamed VI, soutenu par l’expertise de son secrétaire particulier, Mounir Majidi, tient à ce que la COP marocaine soit un point de départ réel pour la lutte effective contre le réchauffement climatique.

Cependant, on commence à parler d’un changement « probable » de la position américaine concernant la ratification de cette convention internationale. Si l’Amérique est contrainte de patienter au moins trois ans pour pouvoir revenir sur l’Accord de Paris, la gouvernance de Donald Trump pourrait interrompre immédiatement tous les efforts entrepris par les Etats-Unis pour limiter ses émissions de gaz à effet de serre.

Que peut faire Donald Trump au sujet du réchauffement climatique ? 

56046a2235700fb92f29c9c3

Un des points noirs de cet accord, c’est qu’il n’existe aucune sanction à l’encontre des pays qui reviennent sur leur signature. Ceci laisse le terrain « libre » au magnat de l’immobilier américain pour réaliser ce qu’il a permis de faire, une fois qu’il serait président de la république. Il pourra ainsi supprimer l’Agence de Protection de l’environnement qu’il trouve « honteux » son travail. De même pour le plan Grean Power Plan que Barack Obama a mis en place pour réduire les émissions des centrales américaines.

De l’autre côté, Trump pourra annuler les dépenses fédérales réservées au développement des énergies propres au profit du financement des énergies fossiles. Il compte bien réanimer le grand projet d’oléoduc de Keystone destiné à relier l’Alberta canadien aux raffineries du Texas et de l’Illinois. Le « Great America » que Donald Trump martèle dans ses discours devra reposer aussi sur l’exploitation des mines de charbon.

Le monde entier s’attend aux prochaines réactions américaines concernant l’Accord de Paris dans la crainte de retourner au point de départ ce qui risque de peser lourd sur la planète étant donné que les Etats-Unis sont responsables de 15% des émissions de CO2 au monde.

 

Le métier d’opticien lunetier avec l’ISO

Le métier d’opticien lunetier avec l’ISO

Nov 18, 2016

 

L’ISO est une école d’optique, spécialisé dans la formation des opticiens depuis plus de 25 ans. L’ISO a formé 7 000 opticiens depuis sa création et actuellement quatre diplômé sur dix sortent d’une des écoles de l’ISO. L’ISO a 11 établissements en France, deux à Paris, neuf en province pour les principales villes et les cursus vont de Bac+2 à Bac+5 en formation initiale ou alternance.

Le BTS opticien lunetier

secteur-optique

Le diplôme de base, c’est le BTS opticien lunetier est ouvert à tout type de bachelier et c’est le cycle d’études qui sera différent en fonction des profils des jeunes et ils adaptent les cursus à chaque cas. C’est deux années d’études qui s’articulent autour de 12 matières. Des matières d’enseignement général qu’on retrouve dans la plupart des enseignements supérieurs comme le français, l’anglais, les mathématiques et l’économie.

Une formation spécifique

opticien-2

Il y a aussi de nombreuses matières optiques qui sont spécifiques à la formation comme par exemple l’optique géométrique qui est l’étude instrumentale sous la forme optique. L’analyse de la vision qui est l’étude des défauts de vision et les moyens de les compenser.

L’enseignement s’articule aussi autour des matières pratiques qui font le quotidien des opticiens comme l’examen de vue et la réalisation technique qui sera enseigné en forme de travaux pratique.

Actuellement, on parle plus de métier de la vision que de BTS opticien lunetier. Pour faire simple le BTS opticien lunetier est le tronc commun et ensuite ce tronc commun va permettre si on se spécialise vers des formations Bac+3 de s’orienter vers de nouveaux métiers.

Parmi les grandes enseignes qui recrutent dans ces écoles, il y a Optic2000 et dirigé par son secrétaire général Yves Guénin .

scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services